AMD de nouveau en selle ?

La sortie de nouveaux processeurs marque toujours un certain évènement. Les fondeurs espèrent éviter la critique et la presse se focalise sur la rédaction de dossiers importants. Au moment tant attendu, le verdict tombe.
Quelques semaines après l’introduction des APU de 2nde génération, AMD refait les gros titres. Des octo-cores, des fréquences toujours plus démentielles, des prix défiant toute concurrence, votre prochain PC sera t-il Vert ? Au sens énergétique du terme sûrement pas, mais AMD est loin d’avoir rendu son dernier souffle.

Parlons concrètement, attardons nous sur les surprises que nous réservent ces nouvelles puces et n’oublions surtout pas de mentionner les choses qui fâchent.

La jungle des références

Avant de balancer des pourcentages dans tous les sens, étudions grossièrement la nouvelle gamme d’AMD autrement connue sous le nom de Vishera. Une information inutile pour le commun des mortels mais pratique pour impressionner monsieur le vendeur.

On retrouve quatre nouvelles références :

  • FX 8350 – 8 coeurs, 4GHz, 125W TDP – 195€
  • FX 8320 – 8 coeurs, 3.5GHz, 125W TDP – 170€
  • FX 6300 – 6 coeurs, 3.5GHz, 95W TDP – 135€
  • FX 4300 – 4 coeurs, 3.8GHz, 95W TDP – 125€

Bref, retenez que les CPU Vishera comportent 300 dans leur référence. Un détail précieux car si par malheur, vous pensez réaliser une bonne affaire en prenant un FX 6200 (paru l’année dernière), vous tombez dans le panneau.

Nul besoin de renouveler tout son parc informatique

AMD fait de gros efforts pour conserver ses sockets le plus longtemps possible et repousse une fois de plus les limites de son AM3+. Ce dernier a été introduit en 2009 avec les PhenomII, soit une durée de vie au moins 3 fois plus importante que chez Intel.

Une très bonne nouvelle pour les bénéficiaires de processeurs type AthlonII voire PhenomII qui souhaiteraient booster à moindre frais leur configuration.

Monsieur benchmark à la rescousse

Ne nous leurrons pas, la seule chose qui nous intéresse, c’est les perfs ! Voici ce qu’il faut retenir :

  • usage « professionnel » (rendu, encodage, montage, compression, compilation) – 15% de performances supplémentaires face à l’ancienne architecture. Ce qui place le FX 8350 juste derrière l’i7 3770K. Voir graphique :

volée chez HFR

  • jeux vidéos – là aussi Vishera progresse nettement par rapport à son prédécesseur mais reste encore loin derrière Intel. Sur des FPS ou des jeux qui ne sollicitent pas trop le CPU, la différence entre un dual/quad ou octo-core se fait peu ressentir (2-3 fps) mais avec des titres plus gourmands, l’écart est bien plus important. Sur Skyrim par exemple, un i5 affiche 20% d’images/secondes supplémentaires que le FX 8350. En moyenne les processeurs Vishera valent la puissance d’un i3 en gaming.

Arrêt sur image

Pour mieux comprendre de quoi il est question, parlons en ratio perf/prix.

En résumé, un FX 8350 (195€) dont le prix égale celui d’un i5, équivaut en application à la puissance d’un i7 (300€). L’i7 est donc 100€ plus cher pour 5% de performances supplémentaires … Ça fait mal pour Intel.
Par contre, les Bleus se rattrapent amplement en gaming car Vishera n’atteint qu’un modeste i3 (130€).

Conclusion : AMD, c’est excellent pour du travail mais exécrable comme moyen de divertissement. On y revient.

Surtout que …

… la consommation ne représente pas le fort du fondeur et ça n’arrange pas les choses.

En charge, le FX 8350 affiche 80W de plus qu’un i7 3770K.
Le FX 6300 dont les performances valent un i5 (90W) en production et un i3 (70W) en gaming, affiche quant à lui 140W.

Une prestation assez désolante mais des résultats à positiver. Rappelons que les benchmark sont conçus pour anéantir les composants et qu’en situation réelle, genre madame Michu qui lit ses mails, son processeur ne tournera pas à 100% pendant une heure.

Au repos on observe ainsi une différence de 20W entre les processeurs Sandy Bridge et Vishera. De plus, vu le coût de l’électricité, il faudrait un bon nombre d’années avant de combler l’écart de prix entre un FX 8350 et un i7.

Ouvrez grand la fenêtre

Si la consommation ne pose pas de réel problème pourquoi en parler ? Qui dit consommation, dit chauffe. Ce surplus de watts se traduit alors en chaleur qu’il faut évacuer. Les puces Intel sont deux fois plus efficientes ! Opter pour un processeur AMD devra s’accompagner d’un ventirad et d’une alimentation plus puissante.

Des processeurs coopératifs

« Bon j’passe à l’azote liquide, pas le choix avec AMD »

Un des arguments fièrement mis en avant par AMD et la capacité d’overclocking de ses puces. En effet on peut atteindre sans effort une hausse de 1GHz à condition d’avoir une alimentation, une carte mère et une ventilation adaptée. La consommation peut grimper à plus de 100W sur le FX 8530 par exemple … L’augmentation de la consommation restera plus modérée sur les déclinaisons quad et hexa-core.

Chacun jugera de l’intérêt de la manipulation mais quoi qu’il en soit, il est préférable de réaliser un overclocking sur les « petits » modèles ou le FX 8320 qui n’est autre qu’une version bridée de son grand frère.

Jugement dernier

Difficile d’y voir clair. D’un coté les nouveaux processeurs AMD proposent un ratio performance/prix imbattable mais de l’autre, ils se voient complétement dépassés en jeux et nécessitent un refroidissement plus important qu’Intel. Retenons tout de même que cette nouvelle architecture engendre des gains significatifs à tous les niveaux. Autant les performances brutes comme les jeux vidéos et même la consommation, sont mieux maîtrisés par rapport à l’ancienne génération (heureusement). Pour faire simple, je visualise la chose comme suit :

  • FX 8350 – parfaitement adapté pour de la production, il vaut la puissance d’un i7 pour le prix d’un i5. Mais clairement inadapté pour du gaming.
  • FX 8320  – avec un peu de chance, un simple OC permet de rattraper les performances d’un 8350. Une économie facile ?
  • FX 6300 – fournit la puissance d’un i5 en production et des performances raisonnables en jeux. Un deal qui peut s’avérer très intéressant pour une configuration polyvalente.
  • FX 4300 – supérieur à un i3 en puissance brute et vaut ce dernier en jeux vidéos. En contrepartie, il dégage plus de chaleur. Sérieux potentiel selon les besoins.

Bien entendu, l’offre Intel reste largement d’actualité et dispose d’avantages incontestables. L’i5 subsiste comme LE processeur pour gamer et l’i3 constitue une magnifique solution pour qui souhaite monter un ordinateur efficient et puissant. C’est plutôt l’i7 qui perd son charme.

 

Sources : hardware.fr, anandtech.com & tomshardware.com

Commentaires

  1. Répondre

  2. Par Nicolas

    Répondre

  3. Par Nyutag

    Répondre

    • Par Nyutag

      Répondre

  4. Par Nicolas

    Répondre

  5. Par guzz

    Répondre

  6. Par boubzille

    Répondre

  7. Par cmd informatique

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Combien font (en chiffre) : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.