Au petit bonheur la chance

Il y a cinq ans, lorsque j’ai assemblé mon ordinateur en guise de cadeau de Noël, une tour bas de gamme au possible, je n’y connaissais rien en matériel informatique. Si… je pouvais bien sortir les références marketing du moment : 4Go de mémoire, 8800 GT, dual core, etc. Le choix de mes composants fut quasiment établie à l’aveugle, basé sur ce qui semblait le plus convenable tout en respectant mon faible budget. Le boîtier qui a accueilli mes composants pendant plus de quatre ans, avant d’être changé, n’était autre qu’un vulgaire modèle no-name en petite tôle d’aluminium. Aucune finition interne, incapable d’amortir le moindre bruit et pire, il vibrait. Ce boîtier était vendu d’origine avec une alimentation dont nous ne prendrons pas le temps de juger la qualité. Pire qu’un bloc Heden, du pur no-name des familles.

Watt the hell ?

Seulement quelques mois après l’acquisition de mon PC, je me souviens avoir entrepris un petit nettoyage. L’ordinateur n’était pas vraiment poussiéreux, c’était plus un prétexte pour entrouvrir la bête. Une fois mes pitreries terminées, j’ai remonté l’ensemble et rebranché électriquement l’alimentation. J’ai alors tenté de redémarrer l’ordinateur mais celui-ci n’a pas réagit. En vérifiant les câblages, j’ai aperçu que la LED de la carte mère, censée être verte lorsque que l’alimentation est sous tension, ne l’était pas. Ce foutu bloc no-name d’à peine quatre mois, venait déjà de succomber pour je ne sais quelles raisons, un pauvre faux contact sans doute pour vous dire la fiabilité du machin.

MSI-9800GT

Il a fallu que je cherche un remplaçant digne de ce nom, capable de fournir la puissance démentielle requis par mon Athlon. J’ai profité de cette occasion pour investir dans une nouvelle carte graphique, passant d’une Nvidia 8500 GT à une 9800 GT, payée aux alentours de 120€. Quel fut le choc lors de ma première session de jeu. Mais ne dérivons pas, nous parlions « watt ». Dans ce contexte, avec l’achat de la nouvelle carte graphique, ce n’était plus un gros bloc qu’il me fallait, mais un mastodonte. Du moins je le pensais… Ma décision s’était donc portée sur une alimentation de marque Mad-X, un modèle étiqueté 580W. Voyez vous la démesure alors que cette même configuration aujourd’hui ne doit pas dépasser les 200W. Pour tout dire, le choix de cette alimentation ne dépendait même pas d’un souci d’économie, non, j’étais certain de faire une bonne affaire. Puis 580W, peu importe la couleur de l’alimentation, ça restait du courant me disais-je. Erreur de débutant. Quelques jours plus tard je recevais les nouveaux composants.

Les mois passèrent puis l’hiver sonna. C’est un soir, durant les vacances de Noël, que l’incident se produisit. J’étais en pleine session de jeu vidéo, alors que des ralentissements se faisaient de plus en plus ressentir, comme des sortes de saccades. J’ai donc décidé d’ouvrir mon boîtier, sans raison, comme si je m’attendais à voir des flammes jaillir du processeur. J’ouvris le couvercle puis me lançai à la recherche du problème. Je vérifiais les différents radiateurs mais ne vis rien d’anormal, jusqu’à ce que j’aie placé ma main sur la sortie de l’alimentation, à l’arrière du boîtier. Stupéfaction ! La paroi du bloc était brûlante. Je déplaçai ma main sur le dessus du boîtier et je sentis la chaleur au travers ! Je collai alors mon doigt sur le coté de l’alimentation et impossible de tenir plus de quelques secondes. Je réalisai soudain que cette bonne affaire en apparence ne l’était peut-être pas tant que ça.

MEANWHILE IN MY COMPUTER

fire

via imgur.com

Laissant tourner l’ordinateur, j’attrapai une lampe pour jeter un coup d’œil sous l’alimentation et quelle surprise! Le ventilateur ne tournait plus. Très fâcheux pour un bloc aussi bas de gamme, dont le rendement devait atteindre 70%, voire moins étant dans le bas de la courbe par rapport à la puissance max délivrée. Ces 30% restants, représentaient quelque chose comme 50W à dissiper sans l’aide du ventilateur, donc autant dire, mission impossible pour un tel produit. En perspective, aujourd’hui les meilleurs blocs sont parfois totalement dénués de ventilation tellement le rendement et la conception de l’alimentation sont satisfaisants.
Bref, forcé d’éteindre le PC avant qu’il n’entre en éruption, j’avais déjà la rage rien que de penser à un nouvel achat. Un an et deux alimentations mortes, je décidai d’en apprendre un peu plus sur cet engin diabolique à l’aide de quelques recherches. Mon nouveau choix s’était porté vers un modèle Xigmatek (constructeur réputé pour ses boîtiers) de 520W, certifié 80+ bronze pour 50€. Un prix déjà plus proche de la réalité quand on l’oppose aux blocs soit disant 600W de 40€. Cette alimentation Xigmatek tourne depuis bientôt quatre ans dans ma machine, mais il faut reconnaître que ce n’était sans doute pas le meilleur choix. Elle est surtout surdimensionnée et sans doute plus cher qu’une alimentation adaptée à mon installation. A l’époque, j’étais encore très loin de m’y connaître en hardware, je commençais seulement à m’intéresser sérieusement au sujet. Attribuez ça comme une erreur de jeunesse.

Foutage de gueule

Tout cela pour revenir à la réalité et rappeler encore une fois que le choix d’une alimentation ne doit pas s’effectuer les yeux bandés. Contrairement à tous les autres composants, l’alimentation peut directement détériorer ou user prématurément du matériel. J’aperçois des tonnes de demandes configurations sur les forums et dans 80% des cas, l’alimentation n’est pas convenable : trop bas de gamme, ou le plus souvent surdimensionnée. Dans cette situation, en dehors du surcoût engendré, on s’expose à d’éventuels soucis de rendement. En excluant les alimentations haut de gamme, le reste dispose de courbes de rendement optimales qui varient entre un certain pourcentage de la puissance max. Ça peut être entre 50%-80% ou 30%-60%, etc. Voici un exemple avec une Cooler Master GX de 550W :

courbe-gx

via coolermaster.fr

 

Nombreux internautes utilisent également l’outil Config’O’matic de Top Achat. Fort pratique il faut le reconnaître mais celui-ci comporte un petit bémol… Il IMPOSE la sélection d’une alimentation d’une certaine puissance selon le choix des composants. Exemple, je prends une HD 7950 (~150W de conso) couplé à un i5 3570K (supposons 75W), je sélectionne donc un bloc Seasonic de 450W qui ferait tout à fait l’affaire et là… l’outil nous en empêche !

top-achat

Alors imaginez Jacky qui monte son petit PC tranquille, puis arrivé à l’alim’, on le force à se diriger vers un modèle sur-puissant. Le client qui ne souhaite pas investir 80 boules dans son bloc (on le comprend) va choisir un modèle style Akasa de 550W, une vraie daube même pas certifiée 80+. C’est juste honteux de la part de Top Achat et plus généralement, on peut sérieusement se questionner sur l’éthique de toutes les boutiques proposant ce genre d’alimentations dans leurs rayons. Ma petite histoire précédente démontre la réalité des choses. En consommateur lambda que j’étais, je ne pouvais émettre de jugement quant à la qualité du bloc électrique. Il en va de même dans les configurations de grande-surface. Le détail n’est que très rarement communiqué, il faut se contenter le plus souvent de la puissance qui est indiquée sur la fiche technique, ne sachant ni de quel modèle, ni à quelle marque nous avons à faire. C’est un peu comme jouer à la roulette russe. Du chipotage dîtes-vous ? Alors pourquoi le groupe Heden irait porter plainte contre Canard PC ayant justement critiqué et mis à la lumière du jour les dangers de leurs alimentations, s’il n’avait rien à se reprocher ? Comment se fait-il que de tels produits passent encore la frontière après des articles aussi dénonciateur et autant de problèmes signalés sur les forums ? Heden – le partenaire des professionnels (c’est vraiment leur signature) ainsi que tous ses acolytes, devraient tout bonnement disparaître des étalages.

heden-1

Je conserve d’ailleurs un de ces spécimens chez moi, une Heden PSX-A830, scellée dans une boite telle une arme bactériologique.

 

Merci à Thomas pour sa relecture (la concordance des temps c’est pas une mince affaire – cf la partie « Watt the hell ? »).

Commentaires

  1. Par Hugobros3

    Répondre

    • Par Nicolas

      Répondre

  2. Par BibiSky51

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Combien font (en chiffre) : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.