Bloc d’alimentation : le paroxysme de la démesure

Comme nous avons pu le voir précédemment, il n’y a pas que les alimentations low-cost auxquelles il faut se méfier. Si certains se font avoir par le prix alléchant ou par simple méconnaissance, la situation inverse existe également. Les constructeurs n’hésitent pas à jouer d’arguments solides pour parvenir à leurs fins.

Et non, il n’y a pas que les processeurs ou la mémoire vive qui ont le droit aux éloges du marketing. Pour être hype, plus besoin d’un octo-core, il vous faut juste une alimentation de 1200W entourée de belles certifications !

Récapitulons

Avant d’aller plus loin, je souhaiterais revenir sur le précédent billet et nuancer certains propos. J’ai beau insister sur le dimensionnement, la qualité et les risques des alimentations, il faut savoir qu’aujourd’hui, même les blocs bas de gamme ne présentent plus de graves problèmes. Il y a quelques années, Carnard PC pour ne citer qu’eu, faisait régulièrement rapport d’importants soucis tant au niveau de la sécurité que de la médiocrité de certaines alimentations. Il leur est même arrivé que des exemplaires explosent … Des situations de plus en plus rares, heureusement, du moment qu’on évite les blocs no-name. Hélas, même de « vrais » constructeurs lorgnent sur la qualité au profit des marges. Cooler Master, OCZ ou même Corsair et leur entrée de gamme, ne sont guère réputés. Mais la question est : réputés pour qui et selon quels critères ? C’est là où il faut pondérer les tests et admettre que même un mauvais bloc pourrait convenir à Jacky. Un produit de meilleur facture et plus durable ne serait cependant pas de refus.

Faites péter le compteur !

Ce superbe bloc d’une puissance cosmique de 1200W est capable de délivrer 100 ampères sur le rail 12V, de quoi démarrer un modeste moteur de voiture. N’oublions pas la certification 80 PLUS Platinium qui correspond à un rendement de 92%. Notons que le surcoût entre les différents labels (Bronze, Silver, etc) n’est pas du tout justifié vu le prix de l’électricité. Il faudrait plus d’une dizaine d’années pour compenser l’écart entre un modèle Gold et Platinium par exemple … Je propose donc la création d’une nouvelle certification dont le message sera clair et non ambigu pour le consommateur : marketing-bullshit. Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin. Corsair avait de la suite dans les idées et a décidé d’intégrer un processeur DSP dans son alimentation. La puce en question est chargée de contrôler dynamiquement les tensions … le genre d’argument pas du tout fumeux. Surtout qu’on peut se demander comment les autres constructeurs font pour survivre sans cette technologie. Bref, continuons.

La Corsair AX1200i est entièrement modulaire. Ce qui signifie que TOUS les câbles, dont les artères principales, sont facultatifs. WTF ? Ce n’est pas comme si tous les PC nécessitaient au moins le câble ATX de 24 pin et celui de 4 broches pour démarrer … Nan mais je comprends, c’est plus classe du full-modular … du full-pigeon ouai.

Autre technologie indispensable, le Corsair Link. Il s’agit ni plus ni moins d’une solution logicielle (Linuxiens, circulez) qui fournit en temps réels un tas d’informations vitales : températures, % de charge, tensions, etc, le tout avec une précision incroyable. En effet, votre petit doigt fournirait des résultats plus fiables. N’oublions pas de mentionner l’incohérence totale du constructeur. Le bloc dispose de 6 connecteurs PCI Express, vous savez, ceux qu’on utilise pour les cartes graphiques. Autrement dit, on ne pourra même pas profiter d’un quad-SLI, soit 4 cartes graphiques ( donc 8 connecteurs PCI-E) avec cette alimentation qui rappelons-le, ne s’élève qu’à 300€.

Terminons sur la Puissance. A part le fait qu’on pourra dépanner sa voiture, 1200W on s’en servira pas tous les jours. Je reprends l’exemple de Canard PC, avec une configuration dernier cri : i7 3770K et GTX 680, on tourne environ à 340 watts. On est loinnnnn du compte quand même.

Quelques modèles à retenir

Après la présentation de cet incontournable produit, étudions plus sérieusement quelques alimentations susceptibles d’équiper vos prochaines machines. Tournons nous immédiatement vers des puissances plus acceptables. Une configuration gamer oscillera donc entre 450W et 550W (sauf overclocking à l’azote liquide ou record du monde).

Voici 3 modèles à retenir (qualité par ordre croissant) :

 

Corsair et tous vos confrères, je vous embrasse !

Illustration de l’article par Stéfan

Commentaires

  1. Par qwerty

    Répondre

  2. Par Gae

    Répondre

  3. Par BibiSky51

    Répondre

  4. Par Nicolas

    Répondre

    • Par BibiSky51

      Répondre

  5. Par vic

    Répondre

    • Par Nicolas

      Répondre

  6. Par vic

    Répondre

    • Par Nicolas

      Répondre

  7. Par miguel

    Répondre

    • Par Nicolas

      Répondre

  8. Par 5COMM

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Combien font (en chiffre) : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.