Comment fonctionne un caloduc ?

Si votre processeur est en mesure de consommer 75W, c’est qu’il peut également les dégager. Le moyen le plus classique pour refroidir votre CPU reste le ventirad. La majorité de ces produits hauts de gammes comportent des « heatpipe » autrement dit des caloducs. Possible que certains d’entre vous ne connaissent tout simplement pas le terme – pour dire, j’employais seulement le nom anglais auparavant : « heatpipe ». Les caloducs sont des tubes composés le plus souvent de cuivre (photo ci-dessous) utilisés pour conduire la chaleur. Découvrons ça.


ventirad

Il y a plusieurs mois de cela, mon camarade Timo s’est justement posé la question de comment ce tube se comportait. Je ne m’étais jamais interrogé sur le fonctionnement d’un caloduc; voici ce que j’en ai retenu.

Le caloduc est un élément complétement hermétique, dans le quel, un (seul) fluide frigorigène circule. D’un coté, le caloduc absorbe la chaleur, le liquide s’évapore donc, puis à l’autre extrémité (grâce aux ailettes du ventirad), le gaz se condense. On obtient ainsi un circuit dans le quel le fluide change constamment d’état. Tout est équilibré, le tube est toujours plein, il n’y a pas de vide. Le liquide peut-être de divers sortes : eau, éthanol et mercure étant les plus répandus.

Une question subsiste, par quel moyen le fluide arrive à circuler ? Grâce à deux principes.

schéma caloduc

Effet gravitationnelle

Inévitable et logique, le liquide qui chauffe s’évapore et remonte dans le conduit. Une fois en haut, il refroidit, se condense et retombe, ainsi de suite. Voir schéma.

Effet capillaire

Très bien, mais comment ça se passe si le caloduc n’est pas à la vertical ? Autant dire dans tous les cas …
Il suffit de voir la forme des caloducs ou la position de votre tour. C’est là que les tubes capillaires interviennent. De manière simplifiée, le phénomène (que Wikipédia expliquera mieux que moi) permet à un liquide de traverser un tube très fin d’une extrémité à une autre. Le conduit a beau être la vertical, le fluide présent dans le tube capillaire peut remonter en défiant la gravité. Jetez à nouveau un coup d’œil au schéma, il devrait vous paraitre beaucoup plus clair.

J’espère que l’explication, courte soit-elle, est compréhensible. Une belle technologie dont l’industrie devrait davantage se servir. Ses qualités en font un excellant échangeur thermique et surtout « illimité ».

En parlant de refroidissement, je suis tombé sur un article très complet abordant l’efficacité thermique de plusieurs fluides. Un dossier à lire par tous les intéressés du water-cooling.

J’ai prévu d’autres billets « découverte & fonctionnement » tel que celui-ci. Faites moi signe si c’est chiant avant que je m’y colle :).

Commentaires

  1. Par BibiSky51

    Répondre

  2. Par Buzut

    Répondre

  3. Répondre

    • Par BibiSky51

      Répondre

  4. Par Didier

    Répondre

  5. Par Jambon

    Répondre

  6. Par Owiii

    Répondre

  7. Par Leito

    Répondre

  8. Par Djul

    Répondre

  9. Par Thibaut

    Répondre

  10. Par Nicolas

    Répondre

  11. Par Amandine

    Répondre

  12. Par fefe

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Combien font (en chiffre) : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.