Copier une installation Linux d’un disque à un autre

C’est un tour de magie ou de technologie devrions nous dire. Aux qualités et aux défauts discutables, GNU/Linux est tout du moins un système souple. Une flexibilité qui permet en autre, de transposer un système sur différents matériels. En bon Français, cela signifie qu’une installation, du partitionnement à l’onglet en favori, peut voyager d’un disque dur à un autre. Ce n’est pas tout, Linux n’est pas lié à votre matériel, autrement dit il n’est pas vouer à mourir avec votre ordinateur. Navré pour le troll, mais l’exemple le plus parlant reste Windows.

Le lundi, vous effectuez une installation sur un Athlon couplé à une carte mère MSI J42+; le vendredi tonton vous offre un super i7 avec une Asus 66KN. Youpi dites vous, cependant entre temps, vous avez bien rempli et paramétré votre Windows (dans la mesure du possible). Vous êtes bon à ré-effectuer une installation, l’ajout des pilotes, refaire vos manipulations …

Remontons le temps, nous sommes à nouveau lundi : vous installez Debian sur l’Athlon couplé à la MSI J42+; vendredi, tonton vous offre ce super i7 avec une Asus 66KN. Youpi dites vous car dans 5 minutes, vous profiterez de votre nouvelle bécane propulsée par Debian. Poussons le délire, tonton est comblé par votre installation Debian et souhaite obtenir la même configuration chez lui. Tout à fait possible ! Vous attrapez un SSD vierge, vous suivez le guide ci-dessous et offrez le disque prêt à usage à tonton :).

1/ Situation initiale

Le tutoriel a été réalisé via Ubuntu 10.04 avec deux disques durs partitionnés comme suit :

  • disque dur original de 120Go, nommé /dev/sda avec :
    • /dev/sda1 partition « racine » de 118 Go
    • /dev/sda2 partition « swap » de 2 Go
  • nouveau disque de 240Go, nommé /dev/sdc – complétement vierge. Espace sur lequel nous allons copier l’installation Ubuntu (actuellement présente sur /dev/sda ).

Chaque périphérique pouvant disposer d’un nom différent selon le cas. Pour la suite des explications, nous utiliserons « apt-get » à remplacer par votre gestionnaire (pacman, emerge, aptitude, yum …).

2/ Partitionner pour mieux régner

Lancez un terminal et passez en mode « super utilisateur ».

    [nico@horyax ~]$ sudo -s

Créons deux partitions sur le nouveau disque dur avec fdisk ou gparted comme dans notre exemple.

    [root@horyax ~]# gparted

Les captures d’écrans suivantes sont à titre d’exemple, tailles et choix des partitions étant tout à fait fictifs.

1) Sélectionnez votre disque vierge « /dev/sdc ».

screenshot

2) Créez une table de partition : PériphériqueCréer une Table de partition, puis Appliquer.

screenshot

3) Créez une partition principale de 236Go en ext4 par exemple.

screenshot

4) Même chose pour la partition « swap » – prendre l’espace restant .

screenshot

5) Appliquez vos changements puis quittez Gparted.

screenshot

 

3/ Monter sur ses grands disques

Le disque dur est fin prêt. Il est temps de « monter » votre nouvelle partition ! Nous montons /dev/sdc1 sur /mnt.

    [root@horyax ~]# mount -t ext4 /dev/sdc1 /mnt

 

4/ Charger la barque le grub

barque

Bien. Pour pouvoir démarrer, il va vous falloir un chargeur d’amorçage. C’est GRUB qui s’y colle dans la plupart du temps. A moins que vous sachiez comment s’y prendre avec Grub 2, nous utiliserons Grub Legacy, premier du nom. Tout se déroule sur le DD initial, /dev/sda.

  • Supprimer Grub 2 :
    • [root@horyax ~]# apt-get purge grub-pc
      [root@horyax ~]# rm -R /boot/grub/*

  • Installer Grub 1
    • [root@horyax ~]# apt-get install grub
      [root@horyax ~]# update-grub
      [root@horyax ~]# grub-install /dev/sda

  • Éditer le menu.lst en remplacent l’UUID=c934d114-a4a0-45cf-a5cc-c0e5e75f8156 (← exemple) par la partition racine /dev/sda1 dans notre cas.
    • [root@horyax ~]# nano /boot/grub/menu.lst
    Contenu du menu.lst à titre d’exemple :


      # (0) Horyax Linux
      title Horyax Linux
      root (hd0,0)
      kernel /boot/vmlinuz-2.6.24-23-generic root=/dev/sda1 ro
      initrd /boot/initrd.img-2.6.24-23-generic

 

5/ Deux tiens vaut mieux que trois tu l’auras

Attaquons la copie du système vers le nouveau disque ( /mnt ). On copie littéralement toute la racine.

    [root@horyax ~]# cp -dpRx / /mnt

 

6/ En voiture !

controlleur train

Nous approchons de la fin. Une petite installation de Grub sur le nouveau disque s’impose.

    [root@horyax ~]# grub-install /dev/sdc

Si tout ce passe bien, pas de message d’erreurs. C’est toujours bon à savoir.

Voilà, ça ne prend rien de plus. Vous pouvez désormais éteindre votre ordinateur. Veuillez débrancher le disque dur et le confiez à Tonton. Une fois chez lui, il n’aura qu’à placer le périphérique dans sa tour et admirer votre Debian custom.

Citons deux autres usages liés à cette technique :

  • effectuer des installations via une clé usb que vous trimbalez. Celle-ci contient le système, il vous suffit de faire une copie tel que présenté ci-dessus.
  • lorsque vous migrer vers une nouvelle machine – pas besoin de tout réinstaller.

 

Tutoriel élaboré par Jambon.

Illustration de l’article par Adam Foster

Commentaires

  1. Par Gac

    Répondre

  2. Par Nicolas

    Répondre

  3. Par fred

    Répondre

    • Par Jambon

      Répondre

      • Par Fred

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


9 − 1 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>