La naissance de deux colosses

Inondations et disques durs : on vous a bien entubé – partie 3

Aujourd’hui, le monde ne jure plus que par Seagate ou Western Digital. D’un coté, il n’y a plus vraiment le choix…. Mais fut un temps plus impartial, où la concurrence plus rude que jamais, poussait les constructeurs à innover et proposer des tarifs toujours plus compétitifs. Si bien qu’après 50 ans, il ne subsiste plus que deux acteurs (et demie).

Je n’ai volontairement pas cité tous les fabricants historiques mais seulement les derniers survivants ou les plus importants.

  • IBM 1956-2003 : pionnier de l’informatique, le légendaire IBM a conçu des disques durs pendant près de 50 ans. En 2003 il fusionne avec Hitachi et signe la fin des HDD accompagnés du logo IBM.
  • Quantum 1980-2001 : les plus jeunes n’ont pas connu ce constructeur mais ce n’est pas pour autant qu’il faut l’oublier. Quantum a dominé le marché durant les années 80 avant de sombrer puis de se faire racheter par Maxtor, 21 ans après sa naissance.
  • Maxtor 1982-2005 : très important constructeur dont le rôle a été décisif. Il disposait d’une grande visibilité jusqu’au début des années 2000 et s’est fait racheté par Seagate qui a décroché le gros lot.
  • Hitachi ?-2011 : la compagnie Hitachi était loin de se focaliser sur l’unique production de disques durs. Encore aujourd’hui, la firme japonaise domine nombreux marchés dans l’informatique et l’électronique. C’est en mars 2011 que Western Digital annonce le rachat de Hitachi, la transition se terminera en mars 2012. Sur le coup, WD s’offre un allié de taille car Hitachi disposait d’importantes usines en Chine et en Malaisie. Vous noterez qu’on retrouve encore dans les magasins des disques durs Hitachi pour la simple raison que le groupe Western Digital a souhaité conserver le nom. Officiellement ils ont peut-être agit par « respect » pour leur confrère mais au final, ça ne fait qu’embrouiller le consommateur lambda.

  • Samsung ?-2011 : deuxième jackpot pour Seagate qui rachète la production de disques Samsung pour la somme de 1,4 milliards de dollars en décembre 2011. Tout comme WD, Seagate a décidé de conserver le nom des disques Samsung. On peut donc encore apercevoir des engins coréens sur les étalages qui en réalité, nourrissent la compagnie américaine.
  • Seagate – 1980 : chance, stratégie ou opportunités, peu importe le résultat est là. Seagate se partage désormais le marché avec WD et n’est pas prêt de s’écrouler. Avec la récente fusion de Samsung, la firme californienne dispose d’une puissance de production phénoménale.
  • Western Digital – 1988 : c’est l’année du premier disque Western Digital. C’est également en 1988 que Enzo Ferrari, fondateur de la célébrissime marque au cheval nous quitte et que Rihanna vient au monde, celle qui enchantera le monde 20 ans plus tard. Western Digital représente aujourd’hui LE constructeur, l’ultime chevalier noir qui malgré la crise, les inondations et les bilans catastrophiques, a su conserver son titre de leader mondial. Le respect s’impose.
  • Toshiba – 2012 : sous décision de la commission européenne, WD a dû céder une (toujours mieux que rien) de ses usines au nouvel entrant Toshiba. Comprenez qu’il faut conserver une certaine compétitivité, au moins en apparence … car pratique c’est un peu comme essayer de toucher un fantôme. Les deux autres concurrents étant tellement bien implantés, les boutiques mettent en avant leurs produits et Toshiba se retrouve enseveli au fond des étagères.
  • Bien sûr n’oublions pas Futjitsu mais c’est un cas un peu à part. En effet, le constructeur nippon (tous japonais décidément) n’a produit que des disques durs de 2,5 pouces avant d’être racheté par Toshiba en 2009. Ce dernier débutera la production de disques 3,5 pouces trois ans plus tard.


En résumé :

50 ans de rage et de combats sanglants dans lesquels ont survécu trois guerriers. Seagate, Western Digital et Toshiba. Ce dernier peine à tenir debout avec ses pauvres 13% de parts de marché. Seagate de son coté pèse 42% des ventes mondiales. WD le conquérant domine quant à lui 45% du marché et ne peut que s’en vanter. Qu’adviendra-il ? Nul ne le sait, mais ne nous écartons pas du sujet initial : les inondations.

Nous nous approchons des faits mais avant de se lancer définitivement au cœur de l’enquête, il faut étudier la personnalité de nos deux protagonistes autrement nommés Seagate et Western Digital. A travers les deux prochains chapitres, nous allons lister les usines des deux constructeurs ainsi que les types de fabrication concernés. Suite à cela, nous serons à même de comprendre et déterminer le rôle de chaque usine. Enfin, nous pourrons juger les impacts des inondations thaïlandaises puis débattre. Le plus palpitant reste à découvrir.

Plus d’informations : deadhardrive.com


Menu :

Commentaires

  1. Par matthieu

    Répondre

  2. Par BibiSky51

    Répondre

    • Par Nicolas

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Combien font (en chiffre) : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.