Larguez les amarres

J’étais sur le pont, la brume était si épaisse que je n’apercevais même pas mes bottes. Impossible de naviguer à travers cette purée de pois. Je décidai de monter sur le mat. Une fois en haut, désespéré, je saisis ma longue vue. Le brouillard se dissipait tranquillement. Je regardais au loin et qu’aperçus-je ? Quelque chose ressemblant à une traînée noire, se dirigeait vers nous. Je règlai mes lentilles pour mieux discerner l’objet mais il avait disparu. Je me penchai pour m’assurer que l’équipage allait bien, lorsque soudain, une corde sortie de nulle part frappa la passerelle. Il y avait une lame d’accrochée au bout. Un matelot l’attrapa mais relâcha aussitôt l’objet : « le Carbide ! tous aux abris ! ».

Le Carbide, aura réduit plus d’un navire en cendre mais aujourd’hui, il est sous mon contrôle. Permettez moi de vous remettre dans le contexte. Mon stage chez PCWorld vient de se terminer et pour me dire au revoir, la rédaction m’a offert le boîtier Carbide 300R de la marque Corsair.

C’était l’occasion de monter ma configuration dans une tour plus adéquate. Mon matériel n’a pas rajeunit pour autant, je vous renvois à ma page à propos pour la découvrir. On va se le faire en mode « La nouvelle Star » ou les émissions débiles du genre, avec un avant/après Carbide.

Tous monteurs souhaitant conserver un minimum de dignité, devraient passer directement à la deuxième photo. J’enfile mes lunettes 3D.

boîtiers

« En seulement deux mois, j’ai pu obtenir avec les produits Corsair, un ordinateur bien refroidit et extrêmement silencieux. Satisfait ou remboursé. »

N’y voyez là aucune référence avec les publicités fumeuses qui pullulent sur la toile. A propos des boîtiers, il n’y a pas photo comme on dit. D’un coté, figure ce qu’on pourrait qualifier un ramassis de tôles grises, juste en dessous, ce que je nommerais une finition « made in china » irréprochable. Annonçons tout de suite la couleur, le Carbide 300R coûte 70€, il fait donc parti des produits milieu de gamme.

Maintenant, deux choix s’offre à moi : vous lister les caractéristiques de l’engin ou vous raconter quelques’unes de mes mésaventures. On me murmure que le premier point a déjà été traité.

Je ne peux satisfaire votre requête

Rapidement, je me suis rendu compte que mes composants n’étaient pas à la hauteur d’un tel boîtier. En effet, on retrouve en façade de l’usb 3.0, ce dont je ne peux profiter vu l’âge de ma carte mère. Second détail, ma carte mère low-cost ne dispose que d’un seul connecteur électrique « 3 pins ». Autrement dit, je dois rigoureusement sélectionner quel ventilateur je veux brancher. J’ai voté pour celui en façade (j’y reviens dans un instant). Ceci dit, avec le volume d’air présent dans le boîtier, un seul ventilateur semble suffisant.

Notez que la coque est une vraie passoire. Les 3/4 du haut du boîtier, sont en nid d’abeille et sur le coté on retrouve la même structure. Ce qu’on appelle un nid d’abeille, n’est ni plus ni moins que du métal perforé formant une grille laissant passer l’air (voir photo ci-dessous). Contrairement à mon ancien boîtier où les composants étaient bien confinés, le Carbide offre énormément de place. Vous trouverez peut-être qu’il y a trop d’espace d’ailleurs. Je rappelle que ma carte mère est au format micro-ATX, donc forcement, ça fait un peu « rikiki » dans cette tour. Tant mieux car j’aime quand c’est aéré.

Ça passe ou ça casse

Pour revenir au montage, j’ai rencontré quelques difficultés à tout connecter électriquement. Certains câbles de mon alimentation sont très tendus. Ça se joue parfois à un centimètre.

La partie la plus délicate ou au contraire, la plus brutale, a été la cage des disques durs. Avant d’aborder les problèmes, penchons nous sur les atouts du Carbide. Vous l’avez sans doute constaté, le boîtier est doté d’un double fond. C’est à dire qu’à l’arrière, on dispose d’un espace de 2 cm environ, pour placer ses câbles. Ainsi, plus de fils dans tous les sens, le bazar est invisible. Autre spécificité, la partie rangement des disques durs, autrement nommée « cage » est tournée à 90°C. La photo ci-dessous est plus parlante.

disques durs

Il y a là deux avantages. Les connecteurs sont situés à l’arrière et deviennent donc invisible à leur tour. Deuxièmement, les disques durs sont refroidis de manière optimale grâce au ventilateur de 140 mm. Si vous prenez le boîtier face à vous, les disques durs sont dans le sens de la longueur et non de la largeur, comme sur la majorité des boîtiers. Le ventilateur peut alors recouvrir une plus grande surface.

Passons à la partie moins amusante. Les connecteurs étant à l’arrière, on bénéficie de 2 cm pour tout brancher. Le souci, c’est que je dispose seulement de câbles non-coudés (câble à droite sur la photo). Vu qu’un câble arrive à 1,9 cm du fond, je vous laisse imaginer quand 8 se chevauchent … Fermer la partie arrière du boîtier s’est alors résumé à pousser tel un forcené, sur la porte.

 

The End

boîtier

Vu sous cet angle, l’hideuse nappe IDE n’est plus visible :D. Ne me dîtes pas que l’aviez pas vu ? Ouai, mon lecteur DVD est encore en PATA …

Commentaires

  1. Par Bibisky51

    Répondre

  2. Par Djul

    Répondre

  3. Par BibiSky51

    Répondre

  4. Par Nicolas

    Répondre

  5. Par Buzut

    Répondre

  6. Par Nicolas

    Répondre

  7. Par Buzut

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Combien font (en chiffre) : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.