Le CRI effectue une descente

J’ai le regret de vous annoncer qu’un avertissement de comportement est prononcé à votre encontre par le Conseil de Département Services et Réseaux de Communication réuni le 19 Mars 2012.

Motif : Signalement d’activités illicites sur le réseau et les répertoires personnels par le CRI (Centre de Ressources Informatiques de l’Université Paris Est Marne la Vallée – IUT) :

DivX et programmes de jeux vidéo inacceptables sur votre répertoire personnel étudiant.

Cette lettre figura dans votre dossier.

 

Voici le courrier que deux de mes camarades ont reçu. Comme vous le savez, je suis étudiant. Deuxième année de DUT SRC pour les curieux. Forcement, comme dans tous les environnements scolaires, il y a des règles, et en autre, une charte informatique. Suite à cet évènement, je m’y suis intéressé. A deux semaines de la fin des cours, il vaut mieux tard que jamais…

Soyons clair, le but de cet article n’est pas de critiquer le CRI, ni sa manière de fonctionner. Il est évident qu’il faille administrer l’immense parc informatique que constitue l’université de Marne la Vallée. C’est une mission que j’imagine très complexe (si j’ose la comparer à mes quelques ordinateurs qui nécessitent déjà trop de temps). Je respecte donc entièrement leur travail.

Retournons à notre principal sujet. Je vous propose d’analyser ces quelques lignes issues de la charte.

 

« le CRI s’engage à :

  • analyser et contrôler l’utilisation des ressources matérielles ou logicielles ainsi que les échanges via le réseau, dans le respect de la législation applicable et notamment de la loi sur l’informatique et les libertés;
  • surveiller en détail les sessions de travail d’un utilisateur soupçonné de non respect de la charte. Dans ce cas, il devra en informer le Président de l’Université et le Vice-Président du CEVU; »

La stipulation est formelle. Le CRI peut surveiller la session d’un élève, donc son répertoire personnel, seulement s’il est « soupçonné » de ne pas respecter la charte. Question, comment classe t-on un étudiant comme suspicieux ?

 

Rajoutez cela (Conditions générales d’utilisation) :

« Sont strictement prohibées les utilisations contraires aux lois et règlements en vigueur et notamment celles qui sont de nature à porter atteinte aux bonnes mœurs, à la dignité, à l’honneur, ou à la vie privée des personnes. »

 

La situation se complexifie. Personnellement, je considère comme indigne et non respectueux d’observer les documents privés d’un individu.

Je ne sais pas comment le CRI procède pour vérifier la présence de contenu non lié à l’éducation. Analyse des échanges réseaux ? Suite à ça, une relation serait fait avec une application ? Possible …

A propos des films ou musiques qui pourraient se situer dans un dossier étudiant, il est toujours possible (peu probable je l’admets) que ça soit des copies personnelles. J’entends par là, qu’il est compliqué de prouver l’originalité d’un quelconque document.

Entre nous, pensez vous que les professeurs profitent uniquement du réseau à des fins scolaires ? Je peux répondre, non. Le contraire ne serait pas humain.

 

radar

A quoi bon consacrer du temps à guetter le réseau ? Investir de l’argent dans de meilleur équipement (quoi que très bons déjà) ou plus encore dans l’organisation, bref, rendre l’utilisation plus satisfaisante, serait plus malicieux. Je ne parle pas de gagner 100ms à l’ouverture de Firefox mais plutôt d’expérimenter par exemple, du calcul partagé tel que SETI. Imaginez la puissance de plusieurs centaines de processeurs. Les ordinateurs de l’université tournent pour la plus part en permanence, voir la nuit (car personne ne les éteints). On a beau parler d’économie d’énergie, de recycler nos feuilles, les solutions sont à portée de main et sont d’une grande d’ampleurs. Je ne parle même pas des possibles aspects marketing. Nous sommes assis sur un immense data-center dont les machines sont reliées par fibre optique, dotées de dual core cadencés à plus de 2.5GHz et personne n’en profite. Comment est-ce envisageable que quiconque n’ait pensé à exploiter ces ressources ? Ah je comprends, tirer avantage de l’école serait mal vu. En attendant, licencions des enseignants, c’est moins risqué.

 

Billet rédigé à l’iut en dehors du cadre universitaire. Je m’attire les ennuis.

 

Image miniature de ElvertBarnes.

Commentaires

  1. Par qwerty

    Répondre

  2. Par Buzut

    Répondre

  3. Par guzz

    Répondre

  4. Par Nicolas

    Répondre

  5. Par guzz

    Répondre

  6. Par Nicolas

    Répondre

  7. Par Sined

    Répondre

  8. Par X3N

    Répondre

  9. Par Nicolas

    Répondre

  10. Par Nicolas Fritz

    Répondre

  11. Par Thibaut

    Répondre

  12. Par Nicolas

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Combien font (en chiffre) : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.