Le top des conneries marketing

Aujourd’hui c’est dimanche et pas n’importe quel dimanche s’il vous plaît, la fête nationale française ! Pas un nuage en vue, le soleil est au zénith, température ambiante de 28°C, les oiseaux chantent et les jets de l’armée française en profitent pour pulvériser 200 litres de kérosène en 3 minutes à peine. Bref, comment pourrions-nous pimenter cette magnifique journée remplie d’une immense joie (si illusoire soit-elle) ? Pas d’idée ? Ben voyons, ça commence par un grand B et se termine par un T… Édition spéciale bullshit bien sûr !

Petit défi sinon c’est vraiment trop facile de se moquer des constructeurs avec aussi peu de retenue : retenir votre souffle jusqu’à la fin de l’article et en prime, le moindre gloussement est éliminatoire.

Je suis parvenu jusqu’au paragraphe à propos de la pâte thermique, impossible de retenir mon sourire sur le dernier point.

Cartes mères et vraies-fausses technologies

Si les constructeurs de cartes mères sont indéniablement doués dans un domaine, c’est bien dans l’invention de termes technico-marketing pour le moindre bidule qui puisse exister. Citons seulement quelques perles car la liste est longue.

  • Composants militaires :
  • hot-shots2

    Un des principaux arguments de vente mis en avant par MSI avec sa gamme Military Class depuis quelques années, consiste à promouvoir des cartes mères soi-disant certifiées aux normes militaires. Là où c’est amusant, c’est que leur protocole de test sont assez faiblard et cerise sur le CPU, ne sont testés séparément qu’une poignée de composants. « Youhou, mon transistor monte à 61°C et résiste à une chute de 10cm, file-moi vite le tampon Military Approuved ! »

  • Overclocking automatique :
  • D’antan, les joies de l’overclocking étaient réservées à des pros, des mecs au courage inestimable et prêt à sacrifier des heures de leur vie pour ajuster la fréquence de leur bolide le plus finement possible. Mais cette époque est révolue, aujourd’hui Jacky doit seulement appuyer sur un bouton pour enclencher un mode overclocking automatique configurée par le constructeur de la carte mère. Cette grandiose innovation a donné naissance à pléthore de logiciels Microsoft destiné à cette pratique et a rempli nos BIOS UEFI de dizaines d’options incompréhensibles.

  • Protection contre l’humidité :
  • pcb-humidite

    Notez la pertinence du graphique, Gigabyte attribue arbitrairement qu’un « nouveau PCB en fibre de verre » résiste deux fois mieux à l’humidité. Enfin c’est ce que laisse sous-entendre le schéma. L’illustration à droite est également bien amusante. « Ah oui monsieur, les trous sont incontestablement quatre fois plus petits donc la carte mère et quatre fois plus étanche, cela va de soi. » Pratique le jour où vous trimbalez votre machine en pleine foret amazonienne.

Radiateur sur barrette de mémoire

chat-radiateur

Oh oui, pour être chaud c’est chaud… 41°C ? Un module de DDR3 cadencé à 1333MHz consomme environ 1,40 watt alors autant dire que la bestiole est loin de transpirer. Au même titre qu’un processeur, avant de pouvoir endommager une barrette de mémoire à cause d’une surchauffe, celle-ci cessera de fonctionner ou fera simplement planter le système.
Conclusion, inutile de s’attarder sur le look des dissipateurs lors du choix d’un kit mémoire. Des modules low-profile ou « value ram » moins onéreux, aussi fiables et passe-partout, sont tout à fait recommandables.

Version K des processeurs Intel

2011, c’est officiel, AMD ne parvient plus à concurrencer Intel en termes de performance brute. Les Bleus sautent sur l’occasion pour lancer Sandy Bridge et introduire au passage la notion de coefficient multiplicateur. Oui vous savez le fameux « K » apposé en fin d’étiquette, ce bridage matériel permettant de pouvoir régler ou non la fréquence de son processeur. Une aubaine pour Intel : un modèle « K » est facilement 10-20€ plus cher sans compter le prix des cartes mères équipées du chipset adéquat, également plus onéreuse que leurs modestes petites sœurs. Bref, sans réelle concurrence dans le segment desktop/gaming, le fondeur peut se permettre ce genre de procédé sans faire sourciller les clients. Eh oui regardez, on s’est tous rués sur le socket 1155 malgré ces foutues limitations.

Alimentations Platinium

La quintessence de la connerie marketing, les blocs assurant un rendement supérieur à 90 %. Mais sérieusement… je ne peux m’empêcher de ressortir cette illustration :

alimentation-platinum

En définitive, une certification 80+ Bronze/Silver et tout le reste du tableau périodique, assurent certainement un gage de qualité minimum, mais ne doit nullement représenter un critère de sélection. Admettons que vous cherchiez un bloc semi-passif pour équiper votre machine orientée silence, que l’alimentation offre un rendement de 87 ou 89 %, ça change quoi à votre vie ? Puis j’espère ne rien révéler mais les certifications, ça vaut ce que ça vaut hein. Certains blocs 80+ Machin sont carrément à éviter et on trouve parfois largement plus fiable ou moins cher pour des composants de meilleures qualités sans devoir se préoccuper de la couleur de l’autocollant sur le carton.

ecran-fenetre

Scores sur les SSD

Quoi de plus bidon que des résultats de benchmarks présentés hors contexte et sans aucune indication pour promouvoir les performances titanesques de son joujou. Les marchands de SSD adorent balancer des gros chiffres dans le vent, des pourcentages en tous genres et remplir leur page de vente de graphiques mensonger.
Ces données n’ont aucune valeur, si on écoutait chaque constructeur, tous les SSD pourraient atteindre la vitesse de la lumière et fonctionner durant deux millénaires.

Les certifications Haswell

Bon je dis Haswell parce que c’est la dernière star du moment, mais ça vaut pour tout le reste et les générations de processeurs à venir.
Toutes les soi-disant certifications [mettre un nom d’architecture] apposées sur des composants tels que la mémoire vive ou les alimentations, c’est juste du vent. Genre des ingénieurs auraient réinventé des standards uniquement pour la sortie d’un processeur ? De la mémoire certifiée Haswell, concrètement ça signifie quoi ?

Les certifications Windows

Même blague que précédemment avec cette fois le prétexte du système d’opération. Comme si un moniteur allait réagir différemment selon que tourniez sous Dos, Windows 7, Archlinux ou FreeBSD. Un pixel reste un pixel. J’essaye de trouver une comparaison… En fait c’est un peu comme annoncer qu’un écran de projecteur (le support) serait compatible Windows. Propos complètement insensé… Depuis quand a t-on besoin d’un pilote matériel afin de faire transiter un signal analogique via le port VGA ? Tout ça c’est le boulot de la carte graphique, l’écran va juste retranscrire fidèlement les données. Non décidément je ne comprends pas le délire. Des enceintes compatibles Windows pendant qu’on y est…

Pareil pour les souris ou claviers. Quelqu’un a déjà vu un de ces périphériques ne pas fonctionner sur un quelconque système ? Je ne parle pas de jouer avec les loupiotes ou les 36 profils de la souris… Ça parfois il faut utiliser un pilote (bien souvent réservé aux adorateurs de Bilou d’ailleurs) mais obtenir un curseur et pouvoir taper AZERTY, n’importe quel modèle convient.

SATA 3 et cache extra-large sur HDD

monster_truck

Finalement ce point figure sûrement parmi le plus anodin de tous et c’est davantage par « connaissance technique » que je le mentionne. Tous les disques durs sont désormais en SATA 3 pourtant l’emploi de cette norme n’a aucun sens. Le SATA 3 offre en effet une bande passante théorique de 750Mo/s tandis les débits d’un disque mécanique avoisinent les 150Mo/s.
Côté cache, la majorité des supports disposent de 64Mo de mémoire alors que « seulement » 32Mo engendrent empiriquement une baisse de 1 % des performances. Vous l’aurez compris, le SATA 3 et des caches toujours plus gigantesque servent uniquement à attirer l’œil du client.

Disque dur compatible Mac OS

pigeon-wech

Là faut m’expliquer. Comment un support de stockage peut-il être compatible Mac OS (ou tout autre système) ? Il y aurait comme des ouvriers chinois apposant le sceau de la pomme royale sur chaque plateau du DD… ?
Explication plus rationnelle : le disque dur est formaté d’usine en HFSX (système de fichier propre à Steve) et on l’étiquette « compatible Mac OS » en rajoutant une petite marge au passage. Pas mal l’entubage.
Le danger c’est que des gens enrichissent ces voleurs sous prétexte que les autres disques durs ne disposent pas du logo Mac. Enfin bon, on ira pas chipoter pour un disque dur quand il est question de 46 324 équipements propriétaires et programmés pour être remplacés l’année suivante. Welcome to MacWorld.

Mémoire vive à plus de 1600MHz

Démontré et prouvé de long en large, des fréquences mémoire supérieures à 1600MHz apportent au mieux, 1 à 3 % de performances pour un prix des plus déraisonnables. Dans la majorité des cas on partira sur un classique kit à 1333MHz et au grand maximum, pour les gosses de multimilliardaire saoudiens, du 1866MHz. L’unique cas où la fréquence impacte de manière notoire les performances, c’est avec les APU. La partie graphique de ces derniers exploite en effet la RAM pour gérer les calculs graphiques comme le ferait une carte dédiée avec sa propre mémoire.

fresh-man

Pâte thermique de compétition

Je ne comprendrais jamais les individus qui achètent le dentifrice top-quality 10 fois plus cher que tout les autres tubes du rayon. Vraiment, ça brosse mieux les dents ?
Pareil avec la pâte thermique, qu’espèrent les clients en investissant 20€ dans 25 grammes de résidu blanc-grisâtre ? Vraiment, ça refroidit mieux le processeur ?
D’ailleurs rappel fondamental : la pâte thermique fixée entre le CPU et le radiateur sert uniquement à combler les imperfections pour assurer la meilleure liaison possible entre les deux surfaces. A proprement parler elle ne refroidit rien du tout, elle joue seulement le rôle de conducteur thermique. Après effectivement, de la pâte dégotée 1€ chez LIDL et d’aspect liquide, vous avez le droit de vous inquiéter.

Mémoire équipée de LED

led-ram

Nous n’effectuerons pas le tour de toutes les âneries dans la catégorie tuning/modding/boosting/truc-en-ing, mais les barrettes de mémoire surplombées d’une rangée de LED valent bien le détour. J’ai aperçu une fois un de ces spécimens sur une configuration de démonstration Intel. Les lumières changeaient de couleur et de rythme comme un sapin de Noël, c’était plutôt ridicule. Sur le moment je me suis dit why not, le PC doit valoir 3000€ donc on est plus à un détail près…

Commentaires

  1. Par Bigbrother69

    Répondre

    • Par Bigbrother69

      Répondre

      • Par Nicolas

      • Par guzz

  2. Par guzz

    Répondre

  3. Par BibiSky51

    Répondre

    • Par Nicolas

      Répondre

      • Par BibiSky51

      • Par Leon

      • Par Nicolas

      • Par BibiSky51

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Combien font (en chiffre) : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.