Les critères pour bien choisir votre alimentation

Comment sélectionner l’alimentation qui ira dans votre prochaine configuration ? Ce composant est le cœur de votre ordinateur. Il est primordial de juger correctement la puissance qui vous sera nécessaire ainsi que les connecteurs dont vous aurez besoin. Voyons tous les aspects qui composent le choix et la qualité d’un bloc électrique.

 

1/ Retour sur la mécanique

Avant tout, il faut savoir qu’une alimentation contient plusieurs étages, autrement plusieurs niveaux où le courant alternatif entrant est transformé en courant continu et ce, sur plusieurs plages de tensions. Vous retrouvez en sortie du +12V/-12V; +5V/-5V et +3.3V.

Discernons dès maintenant quel connecteur sert à quoi. Le connecteur ATX (24 broches) délivre tous les courants, vient ensuite s’ajouter un (voir deux) connecteur à quatre broches délivrant du 12V puis les fiches PCI-E (6 ou 8 pins) dont se servent les cartes graphique qui fournissent également du 12V et du 5V. Vous l’aurez compris, les composants gourmands exploitent 12 Volts. Ventilateurs, disques durs, lecteur CD… consomment entre 5V et 12V.

Pour vous y retrouver, rien de plus facile, chaque tension dispose d’un code couleur :
molex

  • jaune = +12V
  • rouge = +5V
  • orange = +3.3V
  • noir = masse

 

2/ Déterminer la puissance

La première étape consiste à obtenir une idée (même de façon approximative) de votre consommation électrique globale. Généralement on prend les valeurs maximales du CPU et du GPU pour s’assurer que même en cas de pics, le bloc électrique fera l’affaire. À force de lire des tests ou des spécifications techniques vous pourrez vous faire rapidement une idée de ce qu’exige une configuration.

moteur V8

Prenons deux exemples, je vous explique les démarches.

  • Config 1 : Athlon X2 5000 + HD 5750
  • Config 2 : i7 2600K + GTX 580

Une simple recherche Google avec le nom du composant et vous tombez bien souvent chez le constructeur. Ce qui nous intéresse peu importe la forme, c’est le TDP (Thermal Design Power). Le TDP désigne « le transfert thermique vers l’extérieur dont doit pouvoir bénéficier un composant pour fonctionner correctement » comme l’explique Wikipédia. En d’autres termes, la puissance requise.

Voici ce que je trouve chez chaque constructeur :

  • Config 1 : 65W + 86W
  • Config 2 : 95W + 244W

Cependant ces valeurs sont des moyennes. En pratique vous atteindrez sûrement celles-ci mais elles ne correspondent pas aux maximales. En analysant des benchmarks vous vous apercevrez que la GTX 580 par exemple, monte jusqu’à 300W. Ça commence à être compliqué mais il existe une recette. Vous ajoutez simplement 20% au CPU et 40% au GPU de leur consommation. On atteint donc :

  • Config 1 : 78W + 103W
  • Config 2 : 114W + 342W

Petite précision à propos des benchmarks de cartes graphiques que vous trouvez; bien souvent, la consommation relevée est celle de toute la machine.

On se rapproche plus ou moins des 200W et 460W. Vient ensuite le reste des composants, bien que beaucoup moins gourmands en énergie ils sont à compter. Ajoutez alors 100W en incluant un possible overclocking. Toute cette gymnastique n’est que peu précise mais il n’y a rien de problématique, au contraire. J’y reviens.

 

3/ Jugez la qualité

Les certifications

certification alimentation

Première chose, les certifications 80+ : bronze, argent, or et platine. La nomenclature est très simple, 80+ signifie que le bloc électrique dispose d’un rendement de 80%. C’est à dire que pour fournir 100W, il devra tirer 120W à la prise. Ce qui donne dans l’ordre : 81, 85, 88 et 91%.

Le minimum, qu’importe l’utilisation du bloc est de ne pas descendre sous les 20% de déperditions. Ces pertes se traduisent par du courant gaspillé et un surplus de chaleur. La chaleur engendre du bruit, une surchauffe des condensateurs et des autres composants fragiles présents dans le bloc ainsi que l’usure prématurée de l’ensemble. Malgré tout, apercevoir un 80 encadré n’est pas suffisant.

 

La marque

emballage

Parlons de ce qui fâche, la marque. Vous connaissez mon point de vue sur cet aspect. Du courant reste du courant. Vous allez me dire qu’on peut appliquer le raisonnement à tout… J’ai envie de dire oui à une seule condition. Il est très simple de déterminer si une alimentation où plus particulièrement une marque propose des produits de bonne qualité. Grâce au « packaging ». Je ne parle pas de l’emballage physique mais des informations que vous trouvez sur le site constructeur. C’est simplement flagrant. Regardez, ce modèle de la marque Mad-X. J’ai rigolé en voyant le peu de données affichées.

Vous allez comprendre pourquoi je me moque de Mad-X en découvrant le site de Antec. Vous voilà dans un autre monde ! La page déborde de spécifications, de pdf à télécharger, il y a un tableau, etc. Voici ce que j’appelle le « packaging numérique ». Inutile d’aller plus moins.

Évidemment, ce n’est pas pour rien qu’Antec figure dans la tête de liste des alimentations présentant les plus faibles taux de retours (période 2010/2011; alimentations 500W-550W) :

  • 0,67% Antec BasiqPower BP500U-EC
  • 0,52% Antec Neo ECO 520C
  • 0,28% Antec Neo ECO 520
  • 0,00% Seasonic M12II-520
  • 0,00% Seasonic S12II-520

Ceci n’est que la fin de liste. Ça vous donne simplement une idée, jetez un coup d’œil directement sur le compte rendu de hardware.fr.

 

P = UxI

Je ne sais pas si vous avez fait attention au tableau sur le site de Antec. Il vous fournit de précieux renseignements. Pour les interpréter, vous devez connaître cette formule Puissance = Voltage x Courant.

Petit retour en arrière, j’expliquais que les composants gourmands se nourrissent avec du 12V. Eh oui ! je n’ai pas mentionné ce point essentiel ! Imaginez que votre alimentation desserve 20A sur 12V puis 40A en 5V et 30A en 3.3V. Ce qui donne en tout après application de la formule, 540W. Super, mais en fait pas du tout ! Votre carte graphique à elle seule tire 200W sur le 12V soit 16.7 Ampères. Vous êtes mal, à moins que votre CPU se satisfasse de 40W.

Reprenez ce tableau. Vous apercevez quatre « 12V » distincts. En fait, il y a là, deux rails constitués de deux « 12V » différents. Cette histoire de « rails » est très mise en avant par les marketeurs mais en réalité, ce qui vous intéresse, c’est la puissance délivrée (qu’il y ait 1 ou 14 rails). Bref, l’Antec HCG peut fournir sa puissance max sur 12V.

C’était le 3e point à étudier pour déterminer la qualité d’un bloc.

 

4/ Faut-il sur-dimensionner ?

Il faut savoir qu’une alimentation à découpage fonctionne de manière optimale entre 50% et 70% de sa charge. Si possible, il faut naviguer dans cette plage. En optant pour un bloc plus puissant que ce dont vous avez besoin, vous éviterez de fatiguer l’alimentation. En effet, l’idéal est de parvenir au meilleur rendement possible. Je ne suis pas en train vous dire de doubler la taille de votre bloc, car en dessous de 40%, l’efficacité est comparable à 75% de charge. Pire, si vous plongez en deçà 30%, vous passez de presque 86% (certification 80+ bronze) à 73%.

graphique

Vous l’aurez compris, les certifications sont à titres indicatifs car les performances évoluent selon vos besoins. Reprenez nos deux configurations types. La majorité du temps, vous n’userez pas de leurs capacités maximales, la consommation se rapproche à la louche de 150W et 250W.

Calcul rapide, le juste milieu se trouve être une alimentation de 350W et 600W pour chaque configuration. Ainsi vous tournez entre 40% et 80% de la puissance du bloc.

Beaucoup préfèrent prendre plus large, genre 450W et 700W par précaution. En théorie comme vous avez pu le voir, ce n’est guère mieux que de sous-dimensionner. Il me semble que nous avons déjà été assez souple lors de la détermination de la puissance.

 

5/ Les tailles

Les dimensions physiques de l’alimentation dépendent directement de votre boîtier. La norme ATX étant la plus répandue puis on trouve d’autres formes :

ATX : 86 mm (H) x 150 mm (Longueur) x 180 mm (Profondeur)
Micro-ATX : 125mm x 100mm x 63,5mm
TFX : 70mm x 85mm x 177mm
Pico-PSU : tout petit (Mini-ITX, pico-ITX)

alimentation

Ils en existent d’autres, propriétaires, pour les serveurs (vous savez les turbines qui produisent 130dB), BTX…

 

6/ Calculatrice à Watts

En terminant l’article, je suis tombé sur la calculateur de puissance made in Cooler Master. Un beau programme qui arrive à 10% près de mes calculs grossiers. Comme quoi :D.
Chères flemmards j’ai trouvé votre outil préféré The PSU Calculator !

 

Ressources :

Commentaires

  1. Par scout123

    Répondre

  2. Par guzz

    Répondre

  3. Par Nicolas

    Répondre

  4. Par BibiSky51

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Combien font (en chiffre) : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.