Les rois de l’octet-dollar

Inondations et disques durs : on vous a bien entubé – partie 7

Les inondations en Thaïlande ont indéniablement causé des dégâts et gelé une partie de la production mondiale. Cependant, les assembleurs en fin de chaîne que représentent Seagate et WD, n’ont pas été réellement touché. D’abord, contenu de leur immense capacité de production et les stocks faramineux dont ils disposaient, ils ont pu compenser les ventes et se sont largement rattrapés par la suite. La situation est hypocrite. Western Digital crie au loup et pendant ce temps là, ils empochent quelques milliards…. Les deux géants disposent d’un tel monopole que quoi qu’il arrive, ils peuvent librement fluctuer les prix. Les inondations ont peut-être apeurées les fournisseurs, d’où leurs réactions, mais la suite des événements prouve la démesure de leurs actes.

HDD-dollar

D’ailleurs n’oublions pas de mentionner le rachat de Samsung par Seagate en décembre dernier pour 1,4 milliards, preuve que tout allait pour le mieux en « pleine crise ». Puis courant 2012, Seagate enchaîne avec le rachat de Lacie pour 186 millions de dollars, une somme tout à fait modique.
Résultat des courses, l’année 2012 aura marquée un record de ventes jamais atteint et la fusion de plusieurs multinationales pour former les deux géants que nous connaissons aujourd’hui (qui ne sont pas prêt de couler).

« le disque dur reste un composant primordial sur le marché de l’informatique, ce que certains avaient un peu oublié vu le niveau qu’avaient atteint les prix. Ces événements ont changé cette perception et replacé le HDD comme un matériel de très haute technologie, fabriqué en salles blanches, qui demande savoir-faire et minutie ». Fred Milon. (via PCWorld)

Décidément monsieur Milon regorge d’arguments plus solides les uns que les autres.

Le disque dur, un composant vital

Tels les aliments de première nécessité, impossible de survivre sans disque dur. Certains diront que la comparaison est valable pour n’importe quel composant, au hasard le processeur, mais détrompez vous. Contrairement à un disque dur, un processeur ne s’use pas mais surtout, ne se remplit pas. Le disque dur est un consommable.

clochard-hdd

Le marché se départage entre deux constructeurs. Fiabilité, prix ou technologies, tout est semblable. Impossible de départager les deux compagnies. Dans ces circonstances, difficile d’affirmer que la concurrence règne de manière équitable. Le consommateur, dans l’obligation d’équiper ses ordinateurs en support de stockage, n’a d’autre choix que le modèle bleu ou rouge dont seul le logo diffère. Nous l’avons vu précédemment, même en période de crise, un disque dur de 1To à 150€, qui valait trois fois moins quelques semaines auparavant, se vend aussi bien. Demain, si la valeur du pétrole venait à doubler, qu’adviendrait-il ? Shell, BP et les autres acolytes gagneraient autant, voire plus de pétrodollars… tout comme Seagate et WD. L’industrie ne peut s’en passer. L’exemple peut paraître abusif mais rendez-vous compte de notre dépendance envers ces petits octets. Les disques durs se comptent par centaines de millions. Chacune de vos visites sur Internet sollicite plus de disques durs que vous n’en aurez dans votre vie. L’avènement du cloud et l’expansion globale des services en ligne requièrent de plus en plus d’espace disque. L’équation est simple, informatique = disque dur, du moins pour les quelques décennies à venir. Autant dire que Seagate et WD ne sont pas prêts de manquer de clientèle.

Nombre de ventes prévus en millions par année

estimations-demande-HDD

Les SSD dans tout ça ?

crucial_m4

Le SSD représente sans aucun doute la technologie de demain mais il est encore loin de pouvoir défier le bon vieux disque dur. Prix, capacité, pérennité ou durabilité ne sont pas comparable. Le grand public peut désormais s’offrir un petit SSD de 128Go sans se couper un bras, mais cette solution n’est pas adaptée aux besoins des data-center et autres gros consommateurs d’octets. Certes les performances des supports électroniques sont alléchantes mais elles servent surtout d’arguments marketing. Le prix des SSD baisse tranquillement et leur longévité s’accrut d’année en année, tout est une question de temps. Pour le moment, les disques durs sont intouchables.

 


Menu :

Commentaires

  1. Par leon

    Répondre

  2. Par Nicolas

    Répondre

  3. Par David

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Combien font (en chiffre) : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.