Raspberry Pi, elle tuera le PC

C’est l’objet qui attire toutes les convoitises du moment. Cet ordinateur pas plus gros qu’une carte bancaire, ne consommant pas plus de 5W, capable de décoder du 1080p et tout ça pour 30€, la Raspy a de quoi faire rêver.

La grande question est : remplie t-elle ces fonctions et que peut-on réellement envisager comme utilisations ? La réponse dans quelques lignes.

Retour vers le passé

Avant de révolutionner le monde, effectuons un dernier aperçu de la Raspberry Pi elle même. Rien de plus clair qu’un schéma :

schéma raspberry pi

Inutile d’approfondir. Marre de relire les spécifications matérielles de la carte alors que la seule chose qui nous intéresses, c’est la pratique ! Je me permets seulement d’insister sur un point : l’alimentation micro-usb doit fournir au moins 750mA et idéalement 1 ampère ou plus.

Un HTPC pour 30€

Impossible que dirait monsieur le vendeur et pourtant la Raspberry Pi s’en sort étonnement bien.

Ce n’est pas son magnifique processeur ARM cadencé à 700MHz qui permet cet exploit mais son GPU. Une puce Broadcom plus précisément, capable de décoder un flux 1080p. Ne tentez pas de visionner des vidéos sur Youtube ou VLC, il faut impérativement un player exploitant l’accélération matérielle, autrement dit le GPU. Alors, vers quoi se tourner ?

OpenElec

La distribution OpenElec constitue le meilleur choix. Uniquement orienté vers une utilisation home cinéma, OpenElec est architecturé autour de XMBC. On bénéficie donc d’une interface adaptée, élégante et d’un tas de fonctions très appréciables. Puis point très important : c’est une solution clef en main.

capture écran xbmc

Selon mes tests pratiques, notez que je récupère les vidéos en réseau (via UPnP), je décode sans problème du 720p mais ça se complique pour du full HD. Après quelques expérimentations, il s’avère que c’est le réseau qui bride les performances. En effet, des processus supplémentaires doivent tourner et le logiciel doit charger la vidéo dans le cache. En chargeant la vidéo depuis une clé usb, il n’y a plus aucun problème.

Je ne détaillerai pas l’installation de OpenElec ici (peut-être dans un prochain article) mais toutes les informations sont disponibles sur le wiki. Je rassure, l’opération n’a rien de complexe mais elle requiert absolument Linux.

Omxplayer

Autre alternative, utiliser le lecteur omxplayer spécialement conçu pour la Raspberry Pi. D’ailleurs, il y a fort à parier que c’est ce même player qu’utilise XMBC. Bref, si vous désirez installer une distribution classique comme Debian ou Raspbian sur votre Raspy, il vous faudra utiliser omxplayer (directement intégré) pour jouer des vidéos. OMX étant très jeune, seul des raccourcis claviers permettent aujourd’hui de manipuler la vidéo (jouer / pause …). Il y a moyen de lancer directement des vidéos depuis l’interface graphique en double-cliquant sur celles-ci; pour ce, il faut créer un fichier .desktop pour omxplayer.

On utilisera par exemple la commande suivante pour sortir la vidéo sur l’HDMI :

    omxplayer -o hdmi mavideo.mp4

Hardwarement parlant

Coté matériel, on est assez restreint mais cela ne limite en rien l’utilisation. On emploiera le port HDMI pour la télé, éventuellement un adaptateur HDMI-DVI pour un écran d’ordinateur puis la sortie jack pour le son. Le choix de sortir l’audio par le HDMI ou le jack s’effectue au niveau logiciel, il n’y a donc aucun problème.

Si vous envisagez de monter un HTPC, à moins que vous ayez besoin de sorties vidéo/audio spéciales, la Raspberry Pi représente la solution la plus sexy (en ajoutant un boîtier :D).

 

La Raspberry Pi marque sans contestation une nouvelle ère, celle d’un ordinateur accessible, conçu et adapté pour des besoins précis. A quoi bon vouloir nous refourguer des processeurs hexa-core alors qu’il est désormais évident que le matériel le plus bas de gamme mais utilisé de manière intelligente, peut combler des milliers de personnes.

Passage à la caisse

Terminons sur ce qu’il y a de plus important : le shopping. La carte est disponible chez Farnell et RS Components, il faut compter environ 40€ avec les frais de port. Ça reste 5 fois moins chers que n’importe quel PC …

Au prochain épisode : transformer sa Raspberry Pi en client léger, pourquoi pas en faire un serveur, ainsi que diverses bidouilles au menu.

Commentaires

  1. Par vincentux

    Répondre

  2. Par qwerty

    Répondre

  3. Par Cyril

    Répondre

  4. Par Nicolas

    Répondre

  5. Par Cyril

    Répondre

  6. Par Djul

    Répondre

    • Par Stéf

      Répondre

  7. Par Cyril

    Répondre

  8. Par Roy

    Répondre

  9. Par Nicolas

    Répondre

  10. Par Cyril

    Répondre

  11. Par Cyril

    Répondre

  12. Par Nicolas

    Répondre

  13. Par Roy

    Répondre

    • Par Nicolas

      Répondre

  14. Par BibiSky51

    Répondre

    • Par Nicolas

      Répondre

  15. Par Djul

    Répondre

  16. Par Cyril

    Répondre

  17. Par Nicolas

    Répondre

  18. Par Patrick

    Répondre

  19. Par Nicolas

    Répondre

  20. Par Yamieux

    Répondre

  21. Par Nicolas

    Répondre

  22. Par BibiSky51

    Répondre

    • Par yamieux

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Combien font (en chiffre) : * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.